📦 Livraison gratuite en France 🚚

VEGAN : un aboutissement cohérent

Hervé C

Posté le Mars 02 2019

friend not food

Chers lecteurs,

Dans notre domaine végan comme dans beaucoup de domaines en général, il faut savoir choisir...

Entre le noir et le blanc, sans transition ou en passant par des nuances de gris, selon les sensations de chacun.

Et le résultat est souvent le même quand la rationalité s'en mêle. Je m'explique en quelques exemples communs :

Le lait de vache est bon pour les enfants : NON il n'est pas spécialement bon pour les enfants; il est même indigeste pour les enfants. Il doit être largement modifié et amélioré pour être bon pour nos enfants. Ça les lobbies de l’industrie du lait, soutenus par nos gouvernants, ne le disent pas. On augmente le volume de lait produit, on industrialise le cycle naturelle de la vache, on les maltraite ainsi que leurs veaux. Le lait de vache est bon pour les veaux, point. Il existe tant d'autres laits végétaux bons pour les enfants et les parents. En consommant des laits végétaux, nous contribuons à notre bonne santé, nous respectons les veaux et leurs mères.

La viande est indispensable à l'homme depuis la nuit des temps : NON la consommation de chaire animale est une des nombreuses étapes de l'évolution de nos ancêtres jusqu'à aujourd'hui. Mais pas la seule. Dommage pour les lobbies de l’industrie de la viande. Le film issu du livre du savant Pascal Picq l'explique mieux que personne. Mieux il est aujourd’hui acquis qu'une réduction drastique de la consommation de viande était bénéfique à notre santé ainsi que celle de notre planète toute entière. On peut alors se demander pourquoi ne pas arrêter la consommation de viande totalement. Nous respecterions alors tous les animaux dits de boucherie en les laissant vivre leur vie sans nous pénaliser.

 Résultat de recherche d'images pour "pascal picq premiers hommes"

Les végétaux aussi souffrent : NON les plantes sont certes des organismes vivants capables de sensibilité et d'interactivité mais la sentience des plantes n'est pas démontré à ce jour. Les végétaux n'ont pas de système nerveux élaboré et quelle serait alors la partie du végétal en souffrance : les feuilles, les racines, la tige ? En revanche, la capacité à souffrir des animaux a été clairement et scientifiquement établie par la Déclaration de Cambridge de 2012.

Rappelons aux anti-végans que les plus gros consommateurs de végétaux dans le monde sont justement les milliards d'animaux d'élevage destinés à être abattus. Commençons donc par mettre fin à l’élevage intensif.

Nous pouvons continuer à nous alimenter des très nombreux végétaux que nous offre la planète, bons pour notre santé sans nous laisser polluer notre conscience par des arguments fallacieux.

 

Bref, quelques exemples parmi tant d'autres montrent qu'une démarche éthique personnelle, quelque en soit l’origine, conduit lentement ou rapidement vers un comportement végane. Le véganisme n'est autre qu'un comportement global responsable envers la planète, les animaux dont nous faisons partie et finalement de nous-même. Il coule alors de source qu'il faut interdire les cirques avec animaux destinés à soumettre nos enfants à un spectacle ridicule, les élevages honteux d'animaux à fourrure pour quelques consommateurs irresponsables , les essais cliniques sur animaux quand des méthodes de substituions existent depuis longtemps, la corrida comme ancestrale pratique abjecte sans aucun référence d'intelligence culturelle.....

VGTL notre marque y contribue en promouvant des box végan, des textiles bio sans fibres animales et des chaussures à base de cuir végétal. Nous comptons sur vous pour développer un monde meilleur.

Bref : végan et droit dans ses pompes !

 

Plus d'articles

0 commentaires

Laissez un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés avant publication